Exploitation des marchés forains d'approvisionnement Saint Romain et de la Cristallerie au Conseil municipal du 18 mai 2017

Le marché est un lieu de commerce mais aussi un lieu de sociabilité et d’échanges. Le marché est un lieu particulier dans la ville, il en marque souvent le centre.  Il irradie souvent autour avec les cafés, d’autres boutiques, situation peu présente actuellement mais qu’on espère voir se développer avec le nouveau centre ville. Le marché devrait aussi être plus visible, quand on n’est pas sévrien, on cherche où se trouve le marché. Lors de la réunion publique monsieur le Maire vous aviez mis en avant le côté marché de village que nous avions eu pendant la phase de déménagement du marché autour de l’église. Certes cela fait plus marché de Provence mais nous n’avons pas le climat de la Provence, les commerçants ont de longues matinées,  il faut y penser. En outre certains commerces ont besoin d’une infrastructure plus lourde pour garder leurs produits au frais ou simplement pour les protéger des intempéries, la gelée ou la forte chaleur peuvent rendre des produits impropres à la vente.


Si on se rend sur le marché et non pas dans un hyper ou sur internet c’est que l’on y recherche des choses particulières notamment des rapports moins impersonnels, une proximité avec les commerçants, des rapports plus ouverts.  La parole est beaucoup plus présente.  Le public n’est pas le même en semaine où il est plus âgé pour lequel  il constitue une véritable sortie  que les weekends où le public est plus élargi.  Favoriser les animations et développer des animations novatrices ne peut que dynamiser le marché et accroitre la clientèle.
 
 Les clients recherchent  des produits dont ils pensent  mieux connaître l’origine, des produits avec une fraicheur plus certaine, pouvoir choisir la quantité que l’on désire. C’est pourquoi, aussi  les clients recherchent de plus en plus de produits du circuit court comme les anciens maraichers de la région Ile de France qui venaient davantage sur les marchés dans le passé. L’Ile de France est en effet une région maraichère, activité qu’il faudrait encore plus développer.  Le projet pour un développement des circuits courts répond donc à une demande.
 
La proposition retenue semble aller dans le bon sens. N’oublions pas dans les réflexions qui vont bientôt déboucher sur le centre ville, le rôle central du marché.

Pour lire le texte de la délibération, cliquez-ici