Europe

Avec Envie d'Europe pour les élections au Parlement européen

Nous serons, comme les citoyens de toute l’Europe, appelés à voter le dimanche 26 mai pour désigner nos représentants au Parlement européen, des députés dont la tâche sera de bâtir, ces 5 prochaines années, les textes de lois pour les Etats de l'Union européenne.

Venez en parler avec les candidats de la liste Envie d’Europe, Elisabeth Humbert Dorfmuller coordinatrice SPD Paris et Tim Schmidt, référent de place publique pour le 92, débat animé par Hans Lindenlaub de Sèvres, le mercredi 15 mai à 20h45 au Forum sévrien, 2 rue Lecointre à SEVRES. Et proposez-nous dès maintenant, vos contributions ou vos interrogations pour animer ce débat en écrivant à Hans Lindenlaub (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

Nous sommes tous concernés par ce débat qui nous engage dans la campagne pour une Europe qui place au coeur de son projet, la lutte contre les inégalités et la transformation écologique, plaide pour un juste échange qui respecte les droits humains, préserve la santé, la diversité et les équilibres écologiques, élimine le dumping fiscal et social.

Si comme nous, vous refusez l’alternative forcée entre une Europe néo-libérale, source d’accroissement des inégalités et un nationalisme qui conduit au rejet de l’autre. Venez participer à ce débat !

Débat avec les candidats de la liste Envie d'Europe pour les élections européennes de 2019

Nous avons accueilli ce mercredi 15 mai au Forum sévrien les candidats de la liste Envie D’Europe, Elisabeth Humbert Dorfmuller, Tim Schmidt et Jean Marc Germain. Un peu plus de 40 citoyens de Sèvres et des environs, pour la plupart déjà engagés pour une Europe qui place au cœur de son projet la lutte contre les inégalités et la transition écologique, plaide pour un juste échange, respecte les droits humains, préserve la santé, la diversité et les équilibres écologiques, élimine le dumping fiscal et social. Avec Elisabeth, Tim et Jean-Marc, nous avons parlé de la pllitique étrangère de l'Europe, de la politique sociale, et enfin de des choix en matière d'environnement

Lire la suite...

Changer l’Europe pour sauver l’Europe

Le projet européen est aujourd’hui gravement menacé. D’un côté le néo-libéralisme dominant enfonce l’Uunion européenne dans l’austérité, source d’accroissement des inégalités et de régression sociale. De l’autre, le nationalisme conduit au repli sur soi et au rejet de l’autre. L’Union européenne affronte une crise de légitimité sans précédent comme le montrent le Brexit et la montée des mouvements europhobes.
Face à l’impasse libérale et au péril nationaliste, les socialistes refusent l’alternative trompeuse dans laquelle le Président de la République voudrait enfermer le débat. Alternative entre un camp prétendument progressiste et pro européen et un camp nationaliste anti européen. En réalité, les politiques européennes menées par les libéraux et les conservateurs désespèrent les peuples et font le jeu des populistes nationalistes.

Lire la suite...

Communiqué de la délégation socialiste française au Parlement européen

Les électeurs britanniques ont tranché. Le Royaume-Uni doit en tirer les conséquences et informer au plus vite le Conseil européen de sa demande de retrait conformément à l’article 50 du Traité .
Les négociations de retrait et celles sur les futures relations entre le Royaume-Uni et l’Union européenne sont deux choses bien distinctes. Le retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne doit, conformément au Traité, aboutir dans les deux ans. Le futur de sa relation avec l’Union ne peut être discuté qu’après le retrait et cela prendra beaucoup de temps. Aucun lien ne doit être accepté entre les deux négociations et il serait suicidaire que le processus engagé accapare toute l’énergie des Européens.
Le départ du Royaume-Uni constitue une perte pour l’Union et le symbole d’une Europe en crise. C’est l’échec d’une Europe exclusivement dédiée au marché intérieur. L’heure doit être à la refondation pour renouer avec la vocation d’origine de l’Union, assurer la démocratie et le respect de valeurs, la prospérité, la liberté et la paix par la solidarité.

Lire la suite...

Envie d'Europe écologique et sociale

Envie d'EuropePour une Europe où justice sociale et écologie vont de pair,une Europe plus démocratique représentée par des élus socio-démocrates au Parlement européen, nous, les socialistes, avons enclenché une dynamique de rassemblement. La division nous rend impuissants quand le contexte politique nous commande de dépasser nos querelles, nos égos. C’est pourquoi nous vous appelons tous à participer à la campagne enclenchée avec le mouvement citoyen, PLACE PUBLIQUE. Nous faisons là un pari courageux, et avons besoin de vous tous pour le réussir.

Lire la suite...

Europe, ou en sommes nous ?

Les élections européennes de 2014 ont confirmé que l’Europe est majoritairement à droite – certes une droite qui se veut sociale, incarnée par exemple par le président de la Commission, Jean-Claude Juncker et le président du Conseil, Donald Tusk. Mais les forces progressistes, dans lesquelles on peut compter les Socialistes, les Sociaux-démocrates, les Verts et la Gauche unitaire (notre gauche radicale) ne donnent ensemble que 290 députés au Parlement européen (sur un total de 751).

Lire la suite...

L’Union européenne est-elle une démocratie ?

Le succès de certains partis populistes dans plusieurs Etats-membres est flagrant depuis quelques années, y compris en France. Les partis pro-européens doivent donner les bonnes réponses aux accusations de ces partis. Une des accusations est que la bureaucratie bruxelloise n’est pas démocratique. Le Parlement, certes, est élu au suffrage universel, mais la Commission se comporte comme un gouvernement, sauf que personne n’a voté pour lui et que ses membres sont nommés par les gouvernements nationaux. N’oublions pas cependant que le pouvoir de décision appartient au Conseil européen formé des chefs d’état des 27 états membres.

Lire la suite...

De Wolfenbuttel

wolfenbuttelTrès touchés par l’horreur des événements de Paris et Saint-Denis, nos amis socialistes de Wolfenbüttel ville allemande jumelée à Sèvres, nous font part de toute leur sympathie par l’intermédiaire de Doerte Weddige-Degenhart que beaucoup d’entre nous connaissent bien. Nous les remercions de leur amitié.

Changeons d'Europe

Les militants socialistes ont adopté le texte d’orientation pour les élections européennes intitulé « Changeons d’Europe » qui propose « la construction d’une gauche européenne qui assume une rupture avec les politiques libérales et d’austérité et construise une alternative progressiste et écologique ». Il plaide pour le juste échange avec des propositions pour la défense du modèle social européen, la lutte contre le changement climatique, la taxation des géants du numérique (GAFA), des multinationales ou des transactions financières dans le but d’augmenter le budget européen.

Lire la suite...

Une crise européenne

 Elisabeth Humbert-DorfmullerQue je puisse, par mes deux nationalités, grecque et allemande (j’ai en plus acquis la nationalité française, suite à mon installation en France), incarner un jour la fracture qui passe par l’Europe ne me serait jamais venu à l’esprit il y a encore quelques années. 

 La crise grecque, qui avait débuté en 2009 au moment où les marchés financiers ont commencé à appliquer des taux d’intérêts différenciés selon les Etats de la zone Euro, impose un rythme infernal à l’Europe depuis. L’Europe a clarifié certains principes, certes :

Lire la suite...

Quelle Europe voulons nous ?

Débat avec Christine Revault d’Allonnes-Bonnefoy, présidente de la Délégation socialiste française au Parlement européen et Fabien Chevalier, président de Sauvons l’Europe, le 18 octobre au Forum Sévrien.

Nous sommes tous concernés par ce débat qui nous engage dans la campagne pour une Europe qui place au centre de son projet, la lutte contre les inégalités et la transformation écologique, plaide pour un juste échange qui respecte les droits humains, préserve la santé, la diversité et les équilibres écologiques, élimine le dumping fiscal et social.

Lire la suite...

Après le référendum grec, l'Euro, l'urgence de l'avenement du politique

 

Les citoyens grecs se sont exprimés aujourd’hui, par la voie d’un referendum, sur les propositions faites par les institutions, l’ex-Troïka (Commission européenne, BCE, FMI). Ils les ont clairement rejetées car, pour eux, elles incarnaient la poursuite de l’austérité et ne réglaient pas la question de la dette. Ils doivent être entendus.

La délégation socialiste française continue de plaider pour un retour rapide à la table des négociations et s’opposera à ceux qui veulent humilier la Grèce en cherchant à l’exclure de la zone euro.

Mais ces négociations ne peuvent reprendre comme si rien ne s’était passé ; à l’urgence des créanciers vis-à-vis de leur débiteur doit répondre l’urgence politique :

Lire la suite...

Pour l'avenir de l'Europe

Le 19 septembre, Olivier Faure, 1er secrétaire du PS, présente ses premières propositions pour l’Europe au lendemain du bureau national qui a validé ces propositions. Gageant que « la gauche est l’avenir de l’Europe », pour corriger les effets de la mondialisation, le PS renouvelle le discours de la social-démocratie et annonce un texte qui parle enfin des questions européennes et propose de faire ce pour quoi les députés sont compétents. Pour ce faire, le PS a analysé le millier de contributions proposées par les militants.

Lire la suite...

Réenchanter le rêve européen

PervencheComme elle l’avait promis pendant sa campagne pour les élections européennes en mai dernier, Pervenche Berès a rendu compte du travail des élus socialistes sur les 6 premiers mois de la nouvelle mandature.

Investir pour la relance est, pour l’Europe, un enjeu majeur mais il faut pour cela revoir le mode de calcul des déficits des pays en excluant les dépenses d’investissement. La baisse actuelle de 18% des investissements en Europe par rapport à l’avant-crise est une folie. L’investissement doit se porter en priorité sur le logement, l’énergie, les transports locaux.

Lire la suite...

Quelle Europe voulons nous ?

Dans le cadre de la refondation du Parti socialiste et dans la perspective des élections européennes de 2019, le Forum sévrien accueillait le 23 novembre un public nombreux autour du débat animé par Philippe Berrée, avec :
• Christine REVAULT D’ALLONES BONNEFOY : présidente de la délégation socialiste française au Parlement européen depuis 2014,
• Pervenche BERES : député européenne depuis 1994, porte-parole de l’alliance des socialistes démocrates pour la commission économique et monétaire depuis juin 2016,
• Élisabeth HUMBERT – DORFMULLER : spécialiste de l’espace germanophone.

Lire la suite...

Resultats des élections européennes 2014 à Sèvres

drapeauAux élections européennes à Sèvres ce dimanche 25 mai 2014, le nombre de votants était de 7890, soit 53,26% du corps électoral, avec donc un taux de participation supérieur à celui de l’Ile-de France.

Les résultats sont assez proches de ceux de l’Ile-de France avec 22.58% de voix pour l’UMP (contre 21,77% en Ile-de-France), et 15,52% des voix pour le PS (contre 14,26% en Ile-de France) ; c’est pour le PS un mauvais résultat (il avait fait  35% des votants, soit plus de 3000 voix au 1er tour des élections législatives de 2012).

Lire la suite...

Pour une Europe refondée

Après un mot d’accueil de Catherine Cyrot, secrétaire de section de Sèvres, et une mise en contexte par le secrétaire fédéral de l’Université permanente Michel Canet, Elisabeth Humbert-Dorfmüller, secrétaire fédérale déléguée pour l’International présente Pervenche Berès, députée européenne en charge de la coordination socialiste et démocrate  du secteur économique au Parlement européen, qui connait bien Sèvres et les Sévriens pour y avoir été conseillère municipale.

Lire la suite...

Communiqué de presse de PERVENCHE BERES

A l’initiative de François Hollande, les leaders socialistes européens se sont retrouvés aujourd’hui à La Celle-Saint-Cloud pour se doter d’une ambition européenne progressiste convergente dans la perspective du sommet de Bratislava du 16 septembre.

Nous refusons l’enlisement européen après le Brexit ; parce que personne n’aime l’incertitude, nous rappelons aux Britanniques qu’ils doivent activer l’article 50 rapidement.

En parallèle, l’Europe doit se relancer en travaillant de concert sur les trois sujets prioritaires que le contexte impose : sécurité intérieure et extérieure de l’Union européenne, emploi et cohésion sociale, jeunesse.

Lire la suite...

Question posée au Maire de Sèvres à propos des machines à voter dimanche 25 mai

Monsieur le Maire,

Le scrutin des élections Européennes de dimanche prochain s’effectuera à nouveau avec des machines à voter électroniques.

Nous avons constaté lors des dernières élections municipales que celles-ci pouvaient engendrer des erreurs lors des opérations de vote qui justifient des recours. Dimanche prochain, nous aurons à choisir parmi 31 listes ; la taille des bulletins de vote de chacune d’entre elles a été réduite à l’extrême et sont pour la plupart illisibles sur les panneaux des machines à voter. Ceci engendrera de la confusion et très certainement des erreurs de choix lors des opérations de vote.

Lire la suite...

Le 14 juillet à la Mairie de Sèvres

Monsieur le Maire je vous remercie de nous donner la parole, chers collègues, chers amis sévriens et sévriennes.
14 Juillet fête de tous les français de toutes origines, sensibilités mais aussi fête de la France de tous les territoires, urbains, ruraux et ultramarins.
Si nous avons des raisons d’être fiers de notre pays, notre horizon ne doit pas se limiter à nos frontières. La France ne doit pas être repliée sur elle-même car ainsi elle n’aura aucun avenir et aucun sens, mais elle doit s’ouvrir sur l’Europe qui doit être notre horizon politique, démocratique et même diplomatique. Elle doit être moteur dans cette construction européenne comme ont pu l’être des européens fondateurs comme Jean Monnet ou Robert Schuman mais aussi plus près de nous Jacques Delors et Simone Veil.

Lire la suite...

Traité transatlantique : Un accord de juste échange sinon rien

Les négociations ouvertes entre l’Europe et les Etats unis sur un partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TAFTA) s’est imposé comme un point de clivage entre les candidats aux élections du 25 mai. La tribune publiée dans le Monde par Pervenche Berès avec le collectif des candidats socialistes précise de manière claire leur position et tord le cou à des affirmations fausses lues ici ou là.  

Sa vision de la mondialisation, c’est le juste échange, « celui ou la protection sociale, nos préférences collectives dans la santé ou l’environnement sont défendus et non bradés au profit du tout marché du libre échange » Après que les services audiovisuels, la culture et la Défense aient été exclus du champ de la négociation à l’initiative des socialistes français, ils conditionnent leur vote au respect du haut niveau de protection de l’environnement et des normes sociales en vigueur dans l’Union européenne. Ils exigent que toute la transparence soit faite sur la négociation en cours et soit l’occasion d’organiser un débat de fond démocratique, public et transparent avec les acteurs de la société civile et les partenaires sociaux. Enfin la tribune rappelle le triple verrou démocratique préalable à l’adoption de ce traité : les chefs d’état et de gouvernement, les parlements nationaux des 28 états membres, et le parlement européen.

Lire la suite...

Rechercher dans le site